06 64 87 95 38 halimirachel@hotmail.fr

arrow-right-purple-clip-art_pLien vers l’article publié dans femme actuelle

https://www.femmeactuelle.fr/enfant/grossesse/7-mensonges-quil-faut-arreter-de-dire-aux-jeunes-mamans-2082141

imagesFE

 

« L ‘accouchement, ça va être le plus beau jour de ta vie », « tu vas voir, avoir un enfant, c’est QUE du bonheur ». Non, pas que. Il y a, comme ça, des choses qu’il faudrait arrêter de dire aux jeunes mamans. Florilège avec Rachel Halimi, sage-femme libérale à Paris.

 

« Il faut impérativement allaiter »
Faux. "Il faut arrêter avec la pression que l’on met sur le dos des femmes. Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix en ce qui concerne l’allaitement. Quand on regarde 
une classe d'élèves de 3ème et que l’on demande aux enfants qui a été allaité et qui ne l’a pas été, il n’y a pas de différence entre les élèves", s’insurge-t-elle. 
Idem en ce qui concerne le débat qui oppose allaitement au sein et allaitement au 
biberon. "Il faut que les mamans optent pour le mode d’alimentation qui les rend les plus heureuses". En précisant bien que la mise en route de l’allaitement, notamment le premier mois, peut être relativement difficile et qu’il ne faut surtout pas 
hésiter à se faire accompagner.
« Il pleure, c’est qu’il ne va pas bien »
Faux. Ici aussi, on balaye d’un revers de la main toute notre culpabilité. "Bébé qui pleure, ne veut pas forcément dire bébé qui ne va pas bien". Au contraire et comme pour nous les adultes, pleurer, parfois ça fait du bien. "Il faut également arrêter d’absolument vouloir comprendre ses pleurs – et de culpabiliser lorsque ce n’est pas le cas -", continue la professionnelle, également mère de deux enfants. C’est 
simple, lorsqu’il pleure, on vérifie qu’il n’a ni faim, ni chaud, ni froid, ni 
douleurs, et sinon… comme vous parfois, il peut aussi bien pleurer sans raison. Ici aussi, Rachel Halimi conseille aux personnes qui se sentent dépassées de se faire 
accompagner.
« Il ne faut surtout pas faire chambre à part avec son nouveau-né »
Faux. On dédramatise. "Il faut surtout faire en fonction du couple, du père et de la mère. Tout en sachant que la mère et son bébé sont en miroir. Pour prendre soin de l’autre, il faut être soi même en forme ! Une "Maman Zen" et reposée sera donc plus disponible pour comprendre les besoins de son bébé" explique la sage-femme. Au choix, donc en fonction de ce qui permettra à la mère de mieux dormir.
« L‘accouchement, ça va être le plus beau jour de ta vie « , « tu vas voir, avoir un enfant, c’est QUE du bonheur »
 Classique. Quand on est enceinte, le monde entier veut nous faire croire que 
l’accouchement sera le plus beau jour de notre vie et que la maternité est un long 
fleuve tranquille… C’est faux. "Après une naissance, le sentiment des femmes est 
généralement partagé : entre le bonheur d’avoir donné la vie, certes, et le choc 
d’avoir vécu plusieurs expériences très fortes et parfois traumatisantes (celle de 
la grossesse, de l’accouchement et des retrouvailles avec son corps après 
l’accouchement…)". Le problème ? C’est que les femmes n’osent pas toujours en parler entre elles, de peur de se sentir jugées et de passer pour des "mauvaises mères". 
Sauf que c’est parfaitement normal. Et qu'elles ont au contraire besoin de soutient.
« Comment ça, tu n’as pas eu de rapports sexuels depuis ton accouchement ? »
 La vie sexuelle post-accouchement. Vaste sujet. "Retrouver une sexualité après 
avoir donné naissance à un enfant peut être assez compliqué et peut prendre du temps", indique Rachel Halimi. Encore une fois, le corps – et le partenaire – viennent de vivre une série d’expériences très fortes (grossesse, accouchement…). Les hormones peuvent diminuer ou même inhiber le désir sexuel de la femme. Il faut donc à la mère – et au partenaire – du temps pour se retrouver et rapprivoiser son corps. "On dit des trois mois suivant l’accouchement qu’ils constituent le 4ème trimestre de la 
grossesse", rapporte Rachel Halimi. En revanche, il est important de que le couple 
conserve des moments d’intimité et de complicité, il n’y a pas que la sexualité pénétrative. En cas de difficultés à retrouver une vie sexuelle harmonieuse, Il ne faut pas hésiter à se faire accompagner par une sage-femme ou un sexologue
« Le congé maternité ? C’est des vacances »
Non, non, non et non. "Le congé maternité c’est un temps thérapeutique pour se 
refaire une santé post-partum". Point