06 64 87 95 38 halimirachel@hotmail.fr

Vais-je réussir à comprendre mon enfant ?
Vais-je lui apporter tout ce dont il a besoin? Vais je être une « bonne-mère »?

Loin de notre langage d’adulte verbale, cet être humain en devenir entre en communication d’une façon singulière, voire incompréhensible. Son rythme de sommeil, ses pleurs, ses bruits, sa respiration, ses selles… Tout peut devenir rapidement source d’angoisse pour vous, jeunes parents en devenir, confrontés à ce « petit mammifère ».

Ne vous inquiétez pas, c’est le vôtre… Soyez zen.
C’est avec le temps que l’on devient parents.
Faites lui confiance ! Un nouveau né à des compétences.
Faites vous confiance ! Il n’y a pas de norme, il n’y a pas de livre de recettes pour devenir parent. Pas de mode à penser ou à faire, pas de mode d’emploi.

Mettez vous dans votre bulle car c’est au contact quotidien de votre bébé dans un atmosphère d’intimité que vous apprendrez le mieux ce nouveau rôle de parents!
Et n’oubliez pas que votre bébé a énormément de ressources. Certes, il est petit et dépendant de vous mais il n’est pas si fragile.
Ne vous laisser pas tyranniser par les pleurs. Il ne faut pas toujours les interpréter sur le versant négatif. Vous avez forcément entendu parler des fameux « pleurs du soir ».
Ce sont des pleurs de décharge. Beaucoup de bébés à la tombée de la nuit expriment leur fatigue et leur angoisse par cette extériorisation de cris qui peuvent être très, très éprouvants pour les parents. Rien de grave … Ne paniquez pas face à ces pleurs inconsolables. Et si vous ne parvenez pas à les calmer, ne culpabilisez pas. Vous n’êtes en aucun cas des parents indignes.
Ne vous jetez pas immédiatement sur votre bébé dès qu’il pleure car il a des ressources pour s’apaiser et se calmer tout seule.

Si cette naissance est un bouleversement immense dans votre vie de femme et de couple, votre bébé vit également un ras de marais.
Découverte de la sensation de la faim, du froid, de la lumière, du vide… Son environnement olfactif et visuel est totalement bouleversé brusquement.
 » D’un coup, je suis tenu immobile! J’ai faim, j’ai froid, je suis perdue avec toutes ces lumières éblouissantes et ces nouveaux bruits. J’ai peur face à ce nouveau silence nocturne…  »
Imaginez-vous ce que pouvez ressentir votre bébé, bercé dans ce cocon utérin dans un milieu liquidien chaud, tout contenu dans votre ventre.
« Je suis au chaud dans la pénombre dans ce doux cocon utérin, bercé par les mouvements de maman et de sa respiration »

Essayez de lui faire revivre dans ce milieu aérien, terrestre toutes les sensations vécues in utero pour que cette transition, cette défusion corporelle mère-bébé se fasse en douceur.

En fonction de chaque enfant, plusieurs semaines, jours, mois passeront avant que vous ne compreniez enfin son rythme, ses besoins et son langage. Votre bébé va finir par être sécurisé dans ce nouveau monde. Laissez-lui du temps pour caler son rythme de vie, veille et sommeil au votre. Après quelques nuits blanches, tout va finir par rentrer dans l’ordre.

▪En attendant quelques petits conseils inspirés du bon sens pour sécuriser votre bébé mais pas de «solution miracle » :

1/Le peau à peau :
Faites du peau à peau. Le contact corporel rassure votre bébé. Votre bébé tisse avec vous des contacts et des liens sensoriels/olfactifs très forts. Le langage est au delà des mots, ce n’est pas parce que votre bébé ne parle pas qu’il ne communique pas. Il ressent énormément de choses. C’est un petit mammifère doué d’une sensibilité incroyable qui vous surprendra.

2/Contenir le bébé :
Vous pouvez emmailloter votre bébé ou le faire dormir dans un espace contenant. Évitez les grands lits à barreaux. Il n’aime pas la sensation de vide.

3/Limiter les lumières ou les bruits agressifs ou l’excès de stimulation, notamment lors des visites de l’entourage.
Beaucoup de stimuli risquent de l’exciter. Rappelez vous qu’il était dans un milieu aquatique sombre, au calme, bercé par des bruits sourds. Mettez vous dans votre bulle, votre cocon, dans un environnement serein. Vous pouvez également mettre une veilleuse, une petite lumière douce dans sa chambre.

4/ Les échanges verbaux-la transmission d’émotions par des sons ou des vocalises.
Parlez beaucoup à votre bébé. Il entend et comprend les intonations de votre voix. Vous pouvez lui chanter des chansons ou lui faire écouter des berceuses ou des musiques douces. Il a entendu votre voix pendant neuf mois donc les sonorités de votre voix sont des repères extrêmement rassurants et sécurisants.

5/Respectez son rythme de sommeil.
Ne jamais réveiller à la maison votre bébé qui dort même si cela fait très longtemps qu’il n’a pas mangé ! Il ne risque pas de mourir de faim. Ne vous inquiétez pas, un enfant né à terme de poids normal ne se laisse jamais affamer.

6/ Préservez l’environnement olfactif de votre bébé.
Mettre un linge avec votre odeur comme doudou, le fameux objet transitionnel. Votre bébé est très sensible à votre odeur donc ne changez surtout pas de parfum, cela risquerait de le perturber.

7/ Votre bébé a besoin de repères sécurisants.
Essayez d’instaurer beaucoup de repères dès le début et évitez qu’il passe de bras en bras, ou de lieu en lieu. Lors de voyages, de changements, votre bébé peut en être perturbé.
Les bébés sont un peu casaniers comme les personnes âgées. Vivez dans votre bulle au calme.
Vous pouvez également mettre en place progressivement un rituel du coucher.

8/ Votre enfant est en miroir de vos humeurs.
Prenez soin de vous! N’oubliez pas de vous reposer et de dormir.
Le bébé est une « éponge ». N’oubliez pas que pour prendre soin de l’autre, il faut être soi même en forme ! Votre enfant a besoin d’une « Maman Zen » et reposée pour mieux vivre ses pleurs. Faites des siestes et limitez les visites. Mettez vous dans votre bulle. Votre bébé a besoin pour grandir et se structurer de deux piliers solides sur lesquels s’appuyer. Cette solidité parentale, ce développement de profondes racines passe par votre repos et votre sérénité.

9/ Le bercement et les mouvements vibratoires
Les balades en poussette, en porte bébé ou en voiture calment les pleurs de votre bébé. Les vibrations et le bruit du moteur de votre voiture rappelle à votre bébé les bruits de votre corps! Il avait l’habitude dans votre utérus d’être regroupé sur lui-même, bercé par le rythme de les mouvements de votre respiration, de votre digestion et de votre cœur.

10/ Un confort thermique maximal
Il faut un environnement chaud pour votre bébé. Il faut toujours bien couvrir votre bébé.
Il a vécu pendant 9 mois à 37° donc votre bébé a besoin d’être bien couvert les premiers jours. On lui met même un petit bonnet. On peut chauffer la salle de bain un peu avant de changer bébé. Votre bébé risque de pleurer quand vous lui changez sa couche car il n’est pas familiarisé avec cette nouvelle sensation de nudité et de froid.

11/ Ne pas laver trop souvent votre bébé de manière agressive. Pas d’excès d’hygiène. Votre bébé n’est pas sale ! D’ailleurs, on ne lave pas le bébé à la naissance. Vous pouvez lui donner un bébé tous les deux à trois jours. Il faut préserver un maximum son environnement olfactif primitif.

12/ N’hésitez pas à masser votre bébé.
Plus que tout, le bébé a besoin d’être touché. Cette approche fait naître chez les parents un rapprochement, une relation privilégiée. Le massage est précieux en renforçant leur habilité à aider leur enfant à se détendre. Enfin, le massage augmente la notion d’écoute des besoins du bébé.

13/ Le portage
Le bébé n’est jamais mieux que porter dans les bras de sa mère, au chaud tout en tétant le sein. Tout contre son porteur, l’enfant s’agrippe naturellement, il s’enroule autour de son axe en position fœtale et retrouve les bruits respiratoires et digestifs qu’il a entendu pendant 9 mois, tout en étant bercé par les mouvements du porteur.

14/ La succion apaise votre bébé.
La succion du sein, de la tétine, du doigt ou de la main apaise énormément votre bébé. Le besoin de succion est inné!

15/ La puissance des regards mère-bébé et des échanges visuelles
À la naissance, les yeux de la mère sont alors puissamment attirés par ceux du bébé et vice versa. La rencontre intense des regards semble être un moment privilégié de la relation mère-bébé.
L’enfant reconnaît le visage de sa mère lorsqu’il est au sein. En effet, sa vision est développée dans un champ central à moins de 30 cm de son visage.
Des études ont démontré que le nouveau-né humain est programmé pour diriger son regard vers tout ce qui peut évoquer une paire d’yeux situés à environ 30 cm de ses propres yeux.