06 64 87 95 38 halimirachel@hotmail.fr

Pourquoi les femmes enceintes sont-elles plus sujettes aux insomnies ? Comment trouver le sommeil et dans quels cas faut-il s’inquiéter ?

Le point sur les insomnies durant la grossesse avec la sage-femme, Rachel Halimi.

arrow-right-purple-clip-art_p  Lien vers l'article publié 

 

Grossesse et insomnies : à partir de quand peuvent-elles survenir ?

« Des insomnies peuvent survenir dès le premier trimestre pour certaines femmes et disparaître, ou perdurer tout au long, il n’y a pas vraiment de règles », observe la sage-femme Rachel Halimi. Elle constate toutefois que les futures mamans en pâtissent généralement plutôt vers la fin de la grossesse car le bébé bouge, la femme est plus fatiguée, n’arrive pas à trouver sa position, son ventre est plus lourd, etc. Cependant, « il y a des femmes qui, dès le tout début de la grossesse, savent qu’elles sont enceintes car elles perdent le sommeil, sont réveillées à 3 heures du matin toutes les nuits sans qu’il n’y ait d’explications logiques, c’est simplement hormonal »,constate-t-elle.

Grossesse-et-nuits-difficiles

Grossesse et insomnie : quelles sont les causes ?

Les insomnies durant la grossesse sont très fréquentes. D’ailleurs, une femme enceinte peut souffrir d’insomnies lors d’une grossesse et pas durant la suivante. Néanmoins, il convient de distinguer deux types d’insomnies :

  • Les insomnies dites physiologiques

Elles sont liées à la grossesse et d’origine hormonale. « C’est un phénomène normal » rassure Rachel Halimi « même si ce n’est pas forcément facile et évident pour les futures mamans de vivre avec des insomnies ». Ces maux physiologiques de la grossesse pourraient même aider à préparer les mères au futur rythme qu’elles auront lors de la naissance de leur bébé puisque, comme le détaille la sage-femme « ces insomnies créent un état d’hyper vigilance qui les préparent aux réveils nocturnes qu’elles auront à vivre ».

  • Les insomnies provoquées par l’angoisse de l’accouchement

Celles-ci sont plus inquiétantes. Au fur et à mesure de la grossesse, la femme enceinte devient plus fragile psychologiquement, vulnérable. Des angoisses peuvent alors remonter à la surface et se traduire par des insomnies. Certaines futures mamans appréhendent l’accouchement et la maternité au point de ne plus fermer l’œil. Dans ce cas, Rachel Halimi estime important « d’instaurer une prise en charge psychologique, un espace de parole où la femme va pouvoir extérioriser, évacuer ses angoisses ».

La faim peut-elle être responsable des insomnies pendant la grossesse ?

« La faim n’est pas une raison expliquant une insomnie durant la grossesse », assure la sage-femme. En revanche, même si l’on peine à se rendormir, mieux vaut ne pas succomber aux fringales nocturnes, au risque d’en prendre l’habitude et de se réveiller ensuite les autres nuits pour aller grignoter. De même, le soir, elle conseille de privilégier un repas léger, pas trop tardif pour une meilleure digestion allant souvent de paire avec un bon sommeil. Garder une activité physique, notamment après les repas pour faciliter la digestion, est également préconisé.

Grossesse et insomnie : comment gérer le mal de dos ?

Parmi les causes pouvant empêcher les futures mamans de bien dormir, les douleurs lombaires ou ligamentaires sont souvent pointées du doigt. Deux maux également typiques de la grossesse. Il est alors nécessaire de les traiter afin de soulager la femme enceinte et l’aider à mieux dormir.

 

Grossesse et insomnie : les reflux en cause ?

Si les nausées sont fréquentes en début de grossesse, « elles surviennent rarement la nuit », explique Rachel Halimi. En revanche, on peut souffrir de reflux nocturnes qui empêche de dormir. Des traitements peuvent alors être administrés pour soulager ces reflux gastro-oesophagiens.

En cas d’insomnie pendant la grossesse, peut-on demander un arrêt de travail ?

Lors des visites de suivi de grossesse, la sage-femme ou le gynécologue-obstétricien interroge toujours la future maman sur son sommeil. La raison ? « Si la patiente ne dort pas bien la nuit et qu’elle doit travailler 12 heures par jour, se montrer très performante en journée, ça va être compliqué pour elle », note la sage-femme. Cela risque d’engendrer un cercle vicieux en alimentant encore plus ses angoisses, son stress et impacter son sommeil. En outre, Rachel Halimi estime que notre rythme de vie souvent effréné ne convient pas à la femme enceinte :« on vit dans une société où les femmes enceintes restent très actives, travaillent beaucoup, ont parfois d’autres enfants à gérer, ce n’est pas toujours adapté au rythme de la femme enceinte qui a besoin de journées plus calmes ». Certaines femmes enceintes peuvent alors se sentir très vite dépassées, en burn-out. Dans ce cas, explique-t-elle, « un arrêt de travail peut être proposé à la future maman afin qu’elle puisse se reposer et récupérer ».

Faut-il faire une sieste la journée en cas d’insomnie ?

Si la femme enceinte peut se reposer un peu en journée ou qu’elle n’a pas un travail trop prenant, souffrir d’insomnies la nuit n’est pas très grave. D’ailleurs, rassure-t-elle « faire une sieste en journée n’impacte pas spécialement le sommeil. Au contraire, le sommeil appelle le sommeil, faire une sieste peut donc aider à se détendre et à mieux dormir la nuit ». D’autant que la femme enceinte, notamment les trois premiers mois de la grossesse, a besoin de plus de sommeil, elle est dans un état d’hypersomnie. Une petite sieste est alors bienvenue.

Grossesse et insomnie : quelles sont les méthodes alternatives « douces » ?

Il existe aussi plusieurs méthodes alternatives douces susceptibles de vous aider à vous relaxer et à mieux dormir durant la grossesse : yoga prénatal, sophrologie, hypnose, acupuncture ou encore homéopathie. A vous de voir la pratique qui vous conviendra le mieux.

Insomnies pendant la grossesse : une prise en charge psychologique

Enfin, si rien ne fonctionne et que vous vous sentez en détresse du fait du manque de sommeil, votre médecin, sage-femme ou gynécologue pourra vous adresser à un psychologue ou psychiatre afin qu’il identifie l’origine de ces insomnies et instaure, éventuellement, un traitement médical. L’idée : casser le rythme instauré et que la future maman retrouve un bon sommeil avant la naissance de bébé.

Insomnies durant la grossesse : quelles conséquences ?

Souffrir d’insomnies importantes durant la grossesse et les laisser s’installer sans réagir peut parfois avoir des conséquences après la grossesse. En effet, accumuler un manque de sommeil peut favoriser une dépression post-partum. Toutefois, note la sage-femme « pour certaines, l’accouchement va au contraire les libérer ». En effet, la confrontation au bébé réel et l’accouchement passé les libère d’un poids. Enfin, pondère-t-elle « si une insomnie non traitée ne va pas forcément avoir de conséquences somatiques, plus la femme se sent bien dans sa tête et dans son corps, plus la grossesse va se développer de manière harmonieuse ». Or, mieux on dort et moins on est sujette au stress.

Grossesse et insomnie : est-ce le signe que le travail commence ?